la calanque

Publié le par COLIBRI

Accoudée au balcon
j'écoute chanter les grillons ...
Soudain j'ai  souvenance
d'une scène de mon adolescence ...

A la limite  de la ville, un chemin
Cotoie un long et haut mur ;
de tessons de verre hérissé,
Avant d'aborder un sentier
Qui serpente Dans la colline.
Des petits ânes chargés de paniers
De victuailles remplis.

Vont ravitailler les Cabanons;

PALAIS des pêcheurs le Dimanche.
D'autres  ânons corbeilles vides ;
descendent  le raidillon.
ILS  se croisent et se saluent,
D'un long braiement .

Nous grimpons dans la chaleur,
Assourdis par le  chant  cigales
Cachées dans les pins qui penchent.
Le soleil darde ses rayons,
Sur  nos nuques courbées .....

A rrivés au sommet , La récompense . !
Eblouits, émerveillés
Nous contemplons La mer d'un bleu si intense  !
Qui  Baigne les roches blanches,
couronnés par les pins ...

Après la baignade  et la pêche d'oursins
nous  avons redescendu le versant,
Ravis de cette belle journée .


Les photos proviennent de l'internaute.

Publié dans textes libres

Commenter cet article