les accents- les langues

Publié le par COLIBRI

800px-Bandeau portail musique2[1] Copie de ban-calanque-mejean

Au  18e siècle, entendre parler étranger surprenait, inquiétait, on se méfiait. Qu’en est-il à présent ? 

 

Nous côtoyons tant de nationalités, chacune ayant sa langue, son accent régional, qui se mélangent dans la foule.

Celui  qui roule comme la rocaille sous les pieds en grimpant la colline.

Ou qui racle la gorge comme le caillou dans le fond d'un cours d'eau.

Ou celui qui murmure comme pour une confidence.

Ou, un autre, qui heurte et bouscule les mots

Et qui les dévale à grande vitesse comme une cascade.

 

Nous ne savons plus quel pays nous parle.

L'accent, la langue nous sont inconnus souvent.

Car plus rien ne les distingue.

Si ce n'est le son, la musique pour certains.

 

La tour de Babel des langues et des accents.

S'écroulera t-elle ? Pour faire place à une langue universelle

Que tout le monde comprendra et parlera ?

Pour tisser cette entente, cette paix, dont tout le monde rêve ? 

Faudra t-il sur son front, porter le nom du pays

Et celui de son accent régional ?

Ou à la main un oriflamme ! Que sera l'Avenir ?

 

Publié dans textes libres

Commenter cet article

rosae68100.over-blog.com 08/03/2011 16:25


Il n'est pas très difficile de prévoir l'avenir dans ce cas là. Les langues disparaîtront petit à petit Il restera 10 langues principales dans les siècles à venir puis 5 dont le français ne fera
certainement plus partie Débat intéressant amitié Dominique


biker06 08/03/2011 08:57


Coucou
colibri
On vous aime ... je vous aime ! et je te souhaite une tres bonne journée de la femme

bisous

Pat


biker06 07/03/2011 13:51


le restaurant , c'est : la case créole.
bisous
pat


rêves de tables 07/03/2011 12:51


Ah ! cette poésie, ce lyrisme que j'aime tant chez toi. Je le retrouve enfin dans ce texte. Un vrai plaisir de te retrouver enfin fidèle à toi-même.


Marizou 07/03/2011 09:07


La création de l'espéranto allait dans ce sens, mais cela n'a pas été franchement une réussite.